Nos ANCIENS ÉLÈVES

Notre académie a au fil des décennies préparer et former plusieurs danseurs de niveaux professionnels. Nous sommes fières de prodiguer un niveau d'enseignement rigoureux et élevé en danse classique et contemporaine. On vous présente ici avec fierté nos élèves qui ont été choisi dans des programmes en danse professionnelle et/ou qui sont maintenant danseurs professionnels !

ÈVE-MARIE DALCOURT

_Ève-Marie_Dalcourt.jpg

Elle fit ses débuts au programme classique de l'Académie de danse Martine Laferrière en 2007 à l'âge de 10 ans. Elle participe ensuite à deux reprises à Casse-Noisette des Grands ballets Canadiens en tant que mouton blanc. Après deux ans de plaisir et d'améliorations, elle fut invitée à faire partie de la troupe de l'Académie. 

S' ajoutent alors à sa routine de multiples heures de ballet, de néoclassique et de comédies musicales. Alors qu'elle est en première secondaire, elle participe à Secondaire en Spectacle, un concour d'art de la scène qui regroupe les élèves de plusieurs écoles à travers le Québec. Présentant un numero intégrant du ballet et une chorégraphie de Michael Jackson apprise à l'académie, Ève-Marie remporte la seconde place à la finale locale de son école, lui permettant alors d'aller à la finale régionale. Elle y gagne la première place dans la catégorie danse et expression corporelle ainsi que le prix de l'espoir de la relève.

 

Parallèlement à ceci, elle participe au projet de Judith Ouimet: "Oui,J'peux danser", dans lequel elle danse dans une troupe de Hip-Hop et co-anime avec cette dernière une émission de radio exclusivement sur la danse. L'année suivante, Ève-Marie interprète le personnage principal Swanilda dans le ballet Coppélia présenté à l'occasion du spectacle annuel de l'Académie. La piqûre est donnée: elle souhaite faire de la danse une carrière. Elle auditionne donc à l'école Superieure de ballet du Québec et est acceptée. Elle entra donc dans ce programme danse-étude de niveau professionnel où elle travaille très fort pour pouvoir parvenir à son rêve.

Alexie Morlot

Alexie est arrivée à L’académie à l’âge de 5 ans. Elle c’est rendue compte bien assez tôt que la danse était faite pour elle. Elle continua avec l’académie et plus tard entra dans la troupe de compétition. Elle fit également 4 ans d’affilés le Casse-Noisettes avec les Ballet du Haut-Richelieu et plus tard elle fit celui avec les Grand Ballet Canadiens. À l’âge de 10 ans, elle fut admise pour le stage d’été de l’École Supérieure de Ballet du Québec, où elle reçu également l’invitation pour joindre le programme à l’année longue. Elle refusa cette option n’étant pas prête à quitter l’ADML. C’est l’année suivante, après avoir été acceptée pour une deuxième fois dans le programme, qu’elle décida de joindre l’École Supérieure de Ballet du Québec. En secondaire 2, elle fît son premier stage à l’étranger avec le Bolshoi Ballet Academy, qui se déroulait aux États-Unis. L’année d’après, elle prit la route pour NY afin d’assister au stage d’Ellison Ballet et en 2019, elle retourna au Stage du Bolshoi.

'' Tout ça est grâce à L’Académie et à Martine Laferrière, c’est à cette école que j’ai fait mes premiers pas en classique et découvert mon énorme passion pour la danse. ''

Stéphanie Dumont

Stéphanie débute la danse classique à l’âge de 3 ans. Sa passion pour la danse l’amène a pratiquer et s’approprier plusieurs styles. Souhaitant perfectionner sa technique classique, elle joint l’Académie en 2003. C’est par le biais de l’Académie qu’elle pourra faire ses premières percées dans le monde de la danse professionnelle : Casse-Noisette des Grands Ballets Canadiens, Festival International de Jazz, Belluscious Girl, etc. 

 

En 2009, Stéphanie entre dans le programme professionnelle en danse classique niveau collégial de l’École Supérieure de Ballet du Québec. Elle danse pour le Jeune Ballet du Québec qui lui permet de travailler avec des chorégraphes de renommées internationales comme Gioconda Barbuto, Edgar Zendajas, Shawn Hounsell, Hélène Blackburn, etc. Durant ses années, elle continue à performer en tant que danseuse professionnelle et chorégraphe pour différents évènements, tournages, festivals et compagnies à travers le Québec : Belluscious Girl, Festival Internationale de Jazz de Montréal, Montréal en lumière, Semaine de la mode, Rêves d’acteurs (ARTV), Festival Art’danse, Université Concordia, INIS, et bien d’autres.

 

En 2011, Hélène Blackburn, directrice artistique de Cas Public, la prend comme apprentie dans sa compagnie de danse contemporaine. Stéphanie apprend alors leur répertoire et participe à la création de deux pièces, Gold et Duels lors de la saison 2011-2012.

 

Stéphanie est maintenant adjointe à la direction de l'ADML, propriétaire d'un centre d'entrainement Station Fitness, et continue de partager sa passion et ses connaissances à nos élèves en danse.

MATHIEU RAINVILLE

À la base, Mathieu a une formation en patinage artistique où il s'est illustré autant au niveau national que international. À l'âge de vingt ans, il se tourne vers la danse, discipline connexe au sport qu'il a pratiqué depuis plus d'une dizaine d'années. Il fait donc ses débuts à l'ADML en 2000 dans les classes de ballet classique avancé. Plus tard, il se met aussi à la gigue irlandaise et au broadway jazz par les cours et ateliers donnés à l'Académie.

Sa véritable passion demeure toujours la SCÈNE!

 

Dès 2004, il commence à obtenir des contrats professionnels. En 2006, il danse pour l'Opéra d'Ottawa (La Traviata) ainsi qu'aux États-Unis dans le spectacle Best of Broadway. Ce spectacle qui sera en tournée pour 2 ans à travers tout le Québec puis en Égypte avant de retourner aux USA. 

Au cinéma, il a travaillé sur le Film Gerry ainsi que pour les émission de télévision En Direct de l'Univers (SRC) et Rêve d'Acteurs (ARTV).

 

Présentement, on peut le voir dans différents événements corporatifs, en accompagnement du crooner Collin Hunter ainsi que dans les festivités d'été à Montréal.

 

 

En plus d'enseigner le patinage artistique à temps plein, Mathieu s'entraîne aussi en course à pied, en yoga et en crossfit.

Caroline bernier

Caroline Bernier a débuté le ballet à l’âge de neuf ans, au sein de L’Académie de danse Martine Laferrière, en 1989. Dès ses débuts, son potentiel et son talent naturel sont remarqués. On l’encourage alors fortement à passer des auditions pour des écoles secondaire avec une concentration ballet. C'est en 1994 qu'elle poursuivi son cheminement en danse à l'école Pierre-Laporte. L'école offrant à l'époque un programme de danse‐études réputé. Elle approfondit alors son apprentissage du ballet classique, en plus d'apprendre la danse moderne et le flamenco.

 

Aujourd’hui Caroline travaille comme graphiste, illustratrice et artiste peintre. Elle danse à l’occasion et s’entraîne pour le demi‐marathon de Montréal. Elle garde encore un lien étroit avec la danse. 

 

« Mon parcours en danse a grandement influencé ma vie. L'Académie m'a permi de développer mes talents artistiques et physiques. Merci infiniement ! »

FLorence nadeau

À venir.

AUDREY THÉRIAULT

Dès ses premiers pas, Audrey Thériault, a une folle envie de danser ; n’importe où, n’importe quand et sur n’importe quelle musique. À l’âge de 10 ans, elle commence sa formation avec le programme sport-étude à l’École de danse Quatre-temps de Rimouski. En 2011, elle danse le rôle de Clara dans Casse-Noisettes à Rimouski. En 2012, elle rejoint l’Académie de danse Martine Laferrière, dans le programme concentration. Pendant plusieurs années, elle approfondit ses connaissances en ballet, jazz, lyrique et contemporain en plus de performer dans maintes compétitions. Elle obtient plusieurs premières places pour ses solos et gagne même une bourse suite au concours «star dancer» de Thunderstruck Canada. 

 

Le désir de faire de la danse son métier, l’amène à l’École de danse contemporaine de Montréal, dans la formation supérieure (collégiale). Son expérience de la scène a été enrichie par son travail avec des chorégraphes tels que Kyra Jean-Green, Edgar Zendejas, Darryl Tracy, Catherine Tardif, Iker Arrue, Virginie Brunelle et par le répertoire de Ginette Laurin et Marie Chouinard. 

 

Sa fascination pour le corps humain, le mouvement et le partage, l’incite à l’enseignement de la danse, en parallèle de l’interprétation, à partir de l’âge de 15 ans. Aujourd’hui encore, c’est le bonheur qu’elle ressent en dansant qui l’entraîne, comme une force d’attraction, vers une vie d’interprète. 

MAUDE FLEURY

Maude fait ses premiers pas de ballet à l’âge de 6 ans à l’Académie de danse Martine Laferrière. À l’âge de 9 ans, elle est acceptée à l’École supérieure de ballet du Québec (ESBQ – école des Grands Ballets Canadiens fondée par Ludmilla Chiriaeff) et se voit offrir une bourse d’études pour intégrer le programme. Elle entreprend sa formation professionnelle de danse classique en septembre 2012 à l’âge de 10 ans.

Depuis septembre 2019, Maude poursuit son parcours de formation professionnelle dans le programme danse et études collégiales (cégep) d’une durée de trois ans de l’ESBQ. Elle a travaillé avec Evelyn Hart (du Royal Winnipeg Ballet) à Toronto en 2016 et avec Delphine Moussin (de l’Opéra de Paris) en 2019.

Les sept premières années d’étude à l’ESBQ ont permis à Maude de participer au spectacle Marie-Antoinette du Houston Ballet (2014), de danser des rôles dans le Lac des cygnes (corps de ballet – 2016), dans La Belle au bois dormant (une des fées Miettes qui tombent – 2018), dans Hommage à Léonard Cohen (2017), dans une chorégraphie originale créée pour la Soirée des Étoiles des Grands Ballets Canadiens (2018), dans Paquita (2019) et dans Sérénade de Balanchine (2019). Elle a aussi été l’unique interprète d’un ballet créé par les deux chorégraphes gagnants du concours Apprentis Chorégraphes de l’ESBQ (2018-2019).

Maude danse dans les Flocons de neige (acte I, 2e tableau) et dans la Valse des fleurs (acte II) du ballet Casse-Noisette des Grands Ballets Canadiens en tant qu’artiste du corps de ballet de la Compagnie à la saison 2019. On lui reconnaît de la rigueur dans le travail et de l’excellence dans la performance. Elle est aussi très remarquée par ses lignes classiques et ses ports de bras gracieux et inspirants qui la vouent fort probablement à de grands rôles ballétiques classiques.

Catherine ally